Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire des Arts

Ce blog est rédigé par les élèves du lycée de Clamecy en option histoire des arts & Patrimoines


Le Grand peuplier II ( un orage se prépare ) de Gustave Klimt

Publié par Jimmy.C sur 18 Octobre 2010, 15:56pm

Catégories : #Travaux d'élèves

om1873Introduction :

Cette œuvre peinte par Gustave Klimt (1862-1918) en 1902 est une peinture en huile peinte sur toile. Ses dimensions sont 100,8 x 100,7 cm et fut publié au Leopold Museum à Vienne lors de la Sécession Viennoise qui eu lieu au début du XXeme s. Cette exposition avait pour but de créer un art total c’est-à-dire de s’occuper des arts du point de vue de l’architecture, sculpture etc… mais aussi de la décoration du paysage, de réunir des peintres internationaux et de réaliser des échanges d’idées.

On peut donc se poser la question : Pourquoi cette œuvre représente la Sécession Viennoise et comment, à travers son œuvre, nous le montre-t-il ?

Tout d'abord, nous allons parler de l'analyse plastique dans laquelle nous expliquerons les différentes parties du tableau et qu'est-ce qu'elle représente. Ensuite, nous parlerons de l'interprétation de la toile, c'est-à-dire dans quelle circonstance a-t-il peint cette peinture, d'où provient ce paysage etc... et enfin, je vous donnerai ma conclusion, mon point de vue sur cette oeuvre.

 

I) Analyse plastique :

Sur cette œuvre, on peut distinguer un paysage où l’on voit au premier plan des peupliers et un ciel assez noirâtre, comme si un orage se préparait. Pour cela, Klimt utilise le pointillisme qui est une technique en peinture à l'huile, développée au cours des années1880par l'artiste néo-impressionniste Georges Seurat. Elle consistait à peindre de petites touches de couleurs pures juxtaposées pour créer des formes et donner une impression de scintillement avec l'éloignement.

On trouve deux lignes de forces. Une horizontale et l’autre verticale dont elles sont coupées par les bords de la toile. La bande du ciel horizontale donne une impression de profondeur au tableau. On remarque aussi qu'il utilise beaucoup de couleurs sombres. Cela montre bien une sorte de contraste entre l'atmosphère et l'arrivée de l'orage. Ce sont des peupliers qui s'opposent à celle du ciel qui sont plutôt clairs. La composition horizontale-verticale fait en sorte de créer un carré qui est occupé par le ciel ce qui donne une impression de grand espace.

On peut aussi faire une remarque sur l'idée qu'au pied du peuplier, il semble se trouver un calvaire pourtant, il n'est pas très visible. Le calvaire semble plutôt représenter une sorte de maison, d'un moulin.

Le tableau est également marqué par une absence de perspective, ce qui montre qu'il y a peu d'espace dans le paysage.

 

II) Interprétation :

Dans une lettre envoyée de sa villégiature de Litsberg à sa fiancée prénommé Mizzi Zimmermann qui vivait à Vienne, il décrivit comment se passer son séjour au bord de l'Attersee, un fleuve en Autriche, il explique le travail qu'il a effectué sur ce tableau : «  Avant ou après le café, je retourne nager dans le lac, pas régulièrement, mais le plus souvent. Après le café, re-peinture : un grand peuplier au crépuscule avec menace d'orage ».

Klimt aimait prendre des exemples de la peinture autrichienne de la fin du XIXe siècle pour peindre ses paysages. Par exemple, cette œuvre représente des versions différentes de « l'allée de peupliers près de Plakenberg » d'Emil Jakob Schindler. L'arrivée de l'orage dans le tableau de Klimt se trouve bien dans l'huile de Schindler : « Allée de peupliers sous l'orage » de 1892.

La coloration du tableau provient des couleurs des forêts de sapins et de peupliers.

Ludwig Hevesi créa un un concept pour ce tableau: «  le moucheté de truite » car en regardant de plus près le peuplier, on peut observer que cela ressemble à la peau des truites qui est faite de cette façon .

Ce tableau est bien caractéristique de la sécession viennoise car elle représente un paysage fait de végétation avec un orage qui se prépare dans le ciel, des peupliers ... D'ailleurs, il n'y a peu de perspective, on ne sait pas quand est-ce que se passe la scène car le ciel est partagé entre orage et beau temps et à cause de la présence de ce grand peuplier.

 

III) Conclusion :

On peut penser que cette oeuvre à une relation avec la psychanalyse de Freud. En effet, tout ce mélange dans le paysage nous fait évoquer un rêve dans lequel se partage la dualité des êtres. Cette différence provient de la légende d'Héraclès. En effet, d'après la légende, lorsque héraclès descendit aux enfers, il se fit une couronne de rameaux de peupliers. Le côté des feuilles tourné vers lui resta clair, le dos tourné vers l’extérieur prit la couleur sombre de la fumée.

Et c'est de là que provient la double couleur des feuilles du peuplier comme dans le tableau les feuilles jaunes et noires et le symbole du peuplier.

Peut-être est-ce de cette légende que provient le calvaire qui est au pied du peuplier ?

C'est cet effet de rêve qui me fait plaît chez ce tableau. Pleins de mystère, d'étrangeté surtout avec la petite maison en bas du tableau ou le calvaire. Aussi, le paysage me plaît beaucoup. Le ciel, les peupliers etc... Je trouve cela très bien réalisé.

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents