Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire des Arts

Ce blog est rédigé par les élèves du lycée de Clamecy en option histoire des arts & Patrimoines


Laocoon

Publié par camille-alix sur 1 Octobre 2013, 15:10pm

Catégories : #Sculpture

 

 

Le Laocoon

http://www.digitalsculpture.org/laocoon/chronology/chronology-figure10.jpg

 

I-Intro :

 

Cette statue de marbre blanc, qui reprend un original en bronze du début du second siècle avant JC, représente la mort de Laocoon et de ses deux fils et évoque un événement capital et connu de la mythologie grecque : la guerre de Troie

Œuvre de Agésandros, Athanadoros et Polydoros commanditée par Titus Flavius Sabinus Vespesianus dans la seconde moitié du Ier siècle avant JC.

Cette œuvre est vue comme étant une découverte ayant un retentissement considérable sur les artistes de Rome. Michel Ange a été beaucoup influencé par cette scène, et sa découverte en 1506 bouleverse le monde culturel. L'épisode de Laocoon, un des plus beaux passages de l'Énéide, de Virgile, a inspiré le chef-d'œuvre de sculpture bien connu dont le Louvre possède une reproduction. Il est attribué à trois excellents artistes de Rhodes : Polydore, Athénodore et Agésandre, qui le taillèrent, de concert, dans un seul bloc de marbre. Il fut trouvé à Rome dans les bains de Titus, en 1506.

 

I – analyse plastique :

 

Le groupe du Laocoon frappe d'emblée par un enchevêtrement de lignes sinueuses et noueuses. Au centre du groupe, les muscles tendus à l'extrême, Laocoon lutte dans un effort désespéré pour se dégager de l'étreinte des serpents de mer.

L’artiste voulait probablement nous faire éprouver l’horreur de la scène représentée : une victime innocente qui souffre pour avoir dit la vérité. Ou peut être souhaitait il simplement représenter un combat entre l’homme et l’animal ? Il a choisi de nous montrer le moment où les 2 serpents étreignent les personnages. L’un essai de mordre Laocoon à la hanche, et ce dernier tente de l’en empêcher. L’autre a déjà mordu un des fils. Les 2 enfants regardent suppliant leur père, qui occupé dans sa lutte ne les voit pas.

Tous les muscles expriment l’effort de la souffrance, des visages douloureux aux corps tordus des enfants, on sent les mouvements frénétiques des personnages immobilisés dans la pierre et la violence des tourments. On voit très clairement la contraction de l’abdomen et des parties inférieures du corps, dû aux corps dévêtus, même celui du prêtre. En observant de près la cuisse et sa raideur, on peut même voir le venin faire son effet. Cependant, malgré cette vision d’une douleur insupportable, il n’y a sur les visages ni désespoir, ni égarement. L’ouverture de la bouche n’est même pas un cri, ou alors il est étouffé

Cette statue est le reflet de la cruauté que les Dieux de l’Olympe exercent envers les mortels dans toute la mythologie gréco-latine.

Commenter cet article

Archives

Articles récents