Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire des Arts

Ce blog est rédigé par les élèves du lycée de Clamecy en option histoire des arts & Patrimoines


Fest-Noz

Publié par Histoire des Arts sur 17 Avril 2014, 14:31pm

Catégories : #Patrimoine

 

 

Comment les « Fest-noz » sont-elles passées de simples fêtes paysannes à un mouvement de rassemblement urbain voire une mode ?

Triskele

 

Sommaire:

 

 -L'origine de ces fêtes

-La redéfinition de ces fêtes

-Les Fest-Noz: un effet de mode

 

 

 Sources:

 

-http://fr.wikipedia.org/wiki/Fest-noz

-http://www.yaouank.com/yaouank/Accueil.html

 

  

 

 

 

Copyright Kristine T.. All rights reserved.

Copyright Kristine T.. All rights reserved.

L'origine de ces fêtes:

 

Ces rassemblements festifs on pour but l'entraide et la solidarité paysanne qui se termine par des danses qui deviendront l'expression de toute une communauté. Le travail est dissimulé par le chant et la danse pour apaiser la fatigue. C'est à la base un grand repas qui rassemble seulement ceux qui ont participé aux tâches paysannes comme la moisson, le battage récolte de pommes de terre. Ces soirées se terminent ensuite par des chants et des danses collectifs, avec des petits concours qui sont récompensés de ruban pour les femmes et de tabac pour les hommes. Les danses sont même introduites dans le travail comme pas exemple « la danse de l'air neuve », « dans al leur nevez » en breton qui utilise l'action des danseurs pour tasser le sol. De nombreuses preuves viennent à prouver que la musique et la danse étaient une tradition. Certains écrits témoignent du caractère ancien de ces fêtes. Beaucoup d'auteurs le prouvent déjà dans des écrits aux XVIIème et XVIIIème siècle. A cette époque ou la religion à beaucoup d'influence, l'église n'apprécie pas les danse «kof-a-kof  » (ventre à ventre) qui demande un certain rapprochement entre les cavaliers donc entre les femmes et les hommes. Il est en premier temps interdit de se toucher puis l'église exige que les partenaires aient un foulard, pour qu'il n'y est aucun réel contacte physique. En outre, se tenir par l'auriculaire est toléré.

 

La musique traditionnelle peut être de trois manières différentes: à capella, chants accompagnés ou encore la musique purement instrumentale.

Les chants à capella sont plus souvent chantés à plusieurs que seul. Les chants accompagnés avec les instruments du type: accordéon, biniou, clarinette, violon ou encore la cornemuse écossaise sont accompagné de chant d'une ou de plusieurs personnes. Dans la tradition bretonne, seul les instrument doivent accompagner des danseurs, pour favoriser le rythme très rapide des danses.

 

 La Redéfinition de ces fêtes:

 

L'origine du mot breton « fest-noz » apparaît en 1950 signifie « fête de nuit » en opposition aux « fest-deiz » qui veut dire « fête de jour ». Ces fêtes réinventées dans le centre de la Basse-Bretagne, ont pour but de recréer les rassemblements festifs regroupant les milieux paysans aux Moyen âge. Ces fêtes divertissent les paysans après les travaux collectifs. Elles se sont notamment raréfiées pendant la seconde Guerre Mondiale ou les rassemblement furent interdis par les soldats Allemand. Du fait de cette privation les rassemblement se font discrètement et sans musique dans les campagnes à l'écart du bourg.

Les Fest-noz prennent une dimension de fête urbaine lorsqu'au début des années 1970, les jeunes s'approprient les danse et les chant breton. Elles deviennent un mouvement de mode et certaines association à but militant s'en servent. Malgré cette popularité l'effet de mode se raréfie à la fin des années 1970 mais revient rapidement entre les années 1980 et 2000 avec la modernisation du chant et de la musique celtique. Des cours de danse collectif sont organisés et même des défilés ou les danseurs sont en habit traditionnel breton. Le but est de transmettre ces traditions bretonnes par le chant et la danse. Le renouveau de ces fêtes est en grande partie attribué à Loez Roparz (Louis Ropars) qui était un célèbre chanteur traditionnel breton. Il était animateur de Fest-Noz, moniteur de danse et sonneur, qui est traduit par « passeur de mémoire » qui, par sa musique, transmet les traditions bretonnes.

Deux sonneurs lors d’un fest-noz (Fr&eacute ; d&eacute ; ric Harnois pour Kendalc’h)

Deux sonneurs lors d’un fest-noz (Fr&eacute ; d&eacute ; ric Harnois pour Kendalc’h)

  Les Fest-Noz: un effet de mode

 

A notre époque les Fest-Noz on pris une dimension nationale et se sont modernisées. Avec le temps ces fêtes ont exploitées le côté punk/rock ou pop tout en gardant l'esprit traditionnel. De cette évolution, la jeunesse porte un intérêt plus poussé à ces rassemblements. Ces fêtes traditionnelle très populaire dans leurs pays d'origine se sont étendues dans d'autre régions de France. Elles sont passées de petit rassemblement paysan à festival comme par exemple le festival Yaouank qui signifie « jeune » à Rennes est considéré comme la plus grande Fes-Noz du monde. Tous les automnes, ce festival rassemble environ 6000 personnes qui viennent pour écouter la musique bretonne, musique du monde ou de la musique actuelle. Les instruments changent d'un groupe à l'autre. Certain gardent les instruments traditionnels: accordéon, cornemuse, tambour; et d'autre utilisent un mélange d'instruments anciens et actuels comme la batterie, la guitare électrique, le piano ou encore le violon.

 

Fest-Noz

Le 5 Décembre 2012, le Fest-noz est classé par L'UNESCO patrimoine culturel immatériel breton, à la demande de l'association Dastum qui a pour but la diffusion et la préservation de l'ensemble du patrimoine breton.

Fest-Noz
Commenter cet article

Archives

Articles récents