Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire des Arts

Ce blog est rédigé par les élèves du lycée de Clamecy en option histoire des arts & Patrimoines


L'Angélus de Jean-François Millet

Publié par Viviane Jeannot sur 2 Avril 2015, 17:07pm

L'Angélus de Jean-François Millet

Millet a dit : « C'est le côté humain, franchement humain qui me touche. »


Peintre pastelliste, graveur et dessinateur, Jean-François Millet réalise L'angélus entre 1857 et 1859. Cette huile sur toile de 55,5 cm sur 66 cm était à l'origine, une commande d'un artiste américain nommé Thomas Gold Appleton. Elle est désormais au Musée d'Orsay à Paris.


Ce tableau s'inspire de l'enfance paysanne de Millet : « L'angélus est un tableau que j'ai fait en pansant comment, en travaillant autrefois dans les champs, ma grand-mère ne manquait pas, en entendant sonner la cloche, de nous faire arrêter notre besogne pour dire l'angélus ». En effet, ce dernier signifie « prière de l'ange », elle est sonnée 18h.


Nous verrons donc dans ce dossier comment ce tableau est devenu célèbre et s'est « popularisé ». Tout d'abord nous étudierons la composition du tableau afin d'en tiré le sens premier. Puis nous étudierons les différentes formes qu'a pris le tableau de sa création à nos jours afin de constater l'évolution de ce tableau devenu une icône.

L'Angélus de Jean-François Millet

1- QUAND LA PRIERE DEVIENT TABLEAU


L'angélus représente deux paysans en prière : un homme et une femme dans un champ. À la  gauche de l'homme se situe une fourche, à la droite de la femme une brouette et à leurs pieds  une panier. Dans la partie supérieure du tableau se trouve le ciel et un clocher au loin.


Nous pouvons remarquer que le tableau est séparé en deux parties (horizontalement) : la terre, qui occupe les deux tiers du tableau et le ciel. De même les travailleurs sont placés à deux endroits stratégiques ce qui permet de constater que le tableau est coupé en trois parties (verticalement) : partie homme, partie centrale et enfin partie femme.

Nous pouvons aussi observer deux lignes de force qui prendront une
importante signification dans notre future analyse :

L'Angélus de Jean-François Millet

Dans ce tableau les couleurs ont également une place décisive. En effet la seule lumière vient du ciel. Jean-François Millet à préféré une palette assez chaude en choisissant le jaune, la couleur ocre, le marron et ses dérivés. Seules quelques touches de bleu et de vert viennent se refléter sur le pantalon de l'homme ou la chemise de la femme par exemple. Ce tableau d'apparence terne est en réalité très lumineux grâce à la maîtrise de la lumière par le peintre (reflets sur le sol, ou encore sur le tablier de la paysanne).

 

2- AU NOM DE LA TERRE ET DU CIEL AINSI SOIT L'HOMME


Ainsi, à l'aide de toutes ces informations nous pouvons en déduire le sens de cette oeuvre si célèbre.

En effet, le fait que la terre occupe la majeure partie du tableau signifie qu'elle a une grande importance dans la signification de l’oeuvre. Le sujet est d'ailleurs deux cultivateurs qui prient en plein travail.
De même, peut-être le peintre, a choisi de placer les personnages ainsi afin que grâce à la symétrie de son tableau, le spectateur puisse ressentir la dureté et la rigide du travail au champs. Cela reste une hypothèse personnelle. Les lignes de force utilisées sont également très parlantes. En effet, on remarque qu'elles se dirigent vers le ciel en passant pas le cloché de l'arrière plan et par les fermiers ; ainsi Millet nous donne l'impression de vouloir réunir le temps de la prière les Hommes au ciel.
Quant aux couleurs, la luminosité nous confirme qu'il doit être, lors de cette scène, aux alentours de 18h (voir définition angélus en introduction), probablement en automne. Ce ciel ciel vaporeux, doux et légèrement nuageux est en opposition avec la terre sèche sur-cultivée.

 

3- DALI ROMPIT LE CLICHE ET DONNA LA REPRODUCTION EN DISANT :


« Faire surgir le drame insoupçonnable, caché sous les apparence hypocrites du
monde, dans le simulacre obsessif, énigmatique et menaçant de soi-disant
prière crépusculaire et désertique qui s’appelle officiellement encore : «
L’Angélus de Millet ».

 

Cette toile est une des oeuvres françaises les plus célèbres. Elle représente en effet la France profonde : la terre, le travail en famille et la prière. D'ailleurs lors de sa première exposition au grand public en 1869, la révolution industrielle commençait à bouleverser le quotidien des Français. Dès lors cette oeuvre est devenue le symbole de la "France éternelle" ; la France paysanne qui commence à disparaître.

Cependant, Dali interpretera cette toile selon sa propre symbolique afin de nous en faire une critique mettant en évidence « le drame délirant ».


Selon lui, cette « répétition stéréotypée et devenue symbolique de l’agression sexuelle ancestrale » qui donne à la femme un côté violent, comme si elle souhaitait tuer l'homme en face d'elle. Ce qui expliquerait le position immobile de l'homme face à celle-ci, qui aurait honte de sa virilité et chercherait à cacher à l'aide de son chapeau son sexe en érection.


Ainsi, cette oeuvre se trouve désormais dans toute les chaumières.
Le sujet étant commun, chacun que l'on voit de l'aspect d'autre fois ou bien d'un oeil nouveau, il parle à tous. Grâce à son aspect, sa notoriété, chacun se l'est accaparé et en à fait une icône, qu'elle soit religieuse, de travaille ou bien de famille. L'angélus a trouvé sa place dans chaque foyer. Ce tableau est devenu une icône de la peinture populaire.

 

 

Commenter cet article

Angelilie 27/02/2017 15:30

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement. au plaisir

Archives

Articles récents